Aux sources de Tolkien : anatomie d’une oeuvre

De Gaetan Auteur - Posté le 30 décembre 2015 à 15h28 dans Histoire

Vous aimez nos articles ? Suivez nous sur facebook

Vous aimez nos articles ? Suivez nous sur twitter

Si Tolkien avait eu la longévité de ses personnages, il fêterait le 3 janvier 2016 son 124ème anniversaire. On a l’impression d’avoir tout dit sur Tolkien, sur son génie, sur son oeuvre. Pourtant, comme dans un vieux conte, on découvre chaque fois quelque chose de nouveau, un détail qui nous émeut, et nous fait apprécier plus encore celui qui fut le plus grand auteur du XXème siècle : son intérêt pour les langues anciennes et les cartes, son esprit très british, son amour profond pour la nature. On est alors surpris que Tolkien n’ait jamais pastiché Flaubert, écrivant : "Bilbo Baggins, c’est moi." Profitons de l’anniversaire de la naissance de Tolkien, pour découvrir ensemble les secrets cachés dans son oeuvre, et plus particulièrement les oeuvres qui l’ont inspiré.

  Chargement de la vidéo… (voir sur Dailymotion)

Beowulf, le feu d’une passion

Beowulf est un guerrier geat qui a débarrassé le Danemark de Grendel, un monstre mangeur d’hommes. Le Guerrier a tranché le bras du Monstre, qui se replie dans son antre pour mourir. Rentrant chez lui, Beowulf devient roi. Les années passent, et Beowulf règne en paix. Jusqu’au jour où un esclave vole la coupe cachée dans le repaire d’un dragon. Lorsque le dragon s’en aperçoit, il s’envole et brûle tout sur son passage en représailles. Beowulf combat le dragon, le tue, mais succombe à ses blessures.

On ne parle pas suffisamment de la passion qu’avait Tolkien pour le poème épique médiéval anglo-saxon Beowulf. Il l’a longtemps étudié, en a même fait l’objet d’une conférence en 1936, Beowulf : Les Monstres et les critiques, texte de référence encore aujourd’hui dans l’étude du poème médiéval. À noter que l’auteur anglais a également traduit le poème. Sa traduction a été publiée cette année aux éditions Bourgeois.

gollum

Tolkien s’est fortement inspiré du monstre de Grendel pour écrire Gollum. Tout comme Grendel, lointain descendant de Caïn, Gollum a une origine humaine. Tous deux ont également un corps tordu, vouté, et sont d’une méchanceté et d’une cruauté exceptionnelles. L’histoire de Smaug est elle aussi, bien évidemment, inspirée de Beowulf. Un trésor volé dans le repère d’un dragon, le dragon en colère survole une ville qu’il détruit. Souvenez-vous du triste sort réservé à la ville d’Esgaroth, aussi appelée Lacville Le Bourg-du-Lac, dans Le Hobbit.

Peter Jackson, qui a adapté Le Hobbit et Le Seigneur des Anneaux au cinéma, a lui aussi fait un clin d’oeil à Beowulf. Dans Un Voyage inattendu, Balin raconte à Bilbo, Fili et Kili comment Thorin a "tué" Azog, le Profanateur. Souvenez-vous ! Thorin tranche le bras d’Azog, qui s’enferme dans les mines de la Moria, où, dit-on, il meurt de ses blessures.

La Mythologie nordique, des dieux et des nains 

Et si je vous disais que le nom de Gandalf et des treize nains du Hobbit sont tous tirés d’un vieux manuscrit islandais, intitulé L’Edda poétique ? Impossible, me diriez-vous ! Et pourtant, c’est véridique : les noms de Gandalf, Bifur, Bofur, Bombur, Ori, Dori, Nori, Fili, Kili, Dwalin, Óin, Glóin et Thorin sont tous tirés du manuscrit islandais. Seul Balin fait exception, puisqu’il porte le nom d’un chevalier de la légende arthurienne, bien qu’un universitaire spécialiste de l’oeuvre de Tolkien, John Rateliff, ait avancé l’idée que Balin soit une altération de Vali, ou de Bláin. 

oden

Tolkien a comparé Gandalf au dieu nordique Odin, dont l’une des apparences est celle d’un vieillard avec une longue barbe, un chapeau et une lance. La seule différence, c’est que Gandalf n’est pas borgne. Mais on peut pousser la comparaison entre le Magicien de la Terre du Milieu et le dieu nordique plus en profondeur. En effet, Odin est le Dieu de la Victoire, qu’il offre à ses protégés. Si la Victoire n’est jamais garantie pour Gandalf, il n’en demeure pas moins qu’il parvient toujours à l’offrir à ses amis.

La Mythologie nordique a également inspiré à Tolkien le Balrog. On reconnait en lui le Géant du Feu Surt, qui menace l’Univers. Quant au pont de Khazad-dûm, il est directement tiré du Pont de Bifrost, qui s’effondrera lors du Ragnarök.

Enfin, les runes qu’on trouve dans Le Hobbit et dans Le Seigneur des Anneaux existent bel et bien. Il s’agit du futhark, un alphabet utilisé par les anciens peuples anglo-saxons, germaniques et scandinaves.

L’Anneau du Nibelung et l’Anneau Unique

Entre 1849 et 1876, le compositeur allemand Richard Wagner écrit une tétralogie d’opéras, regroupés sour le nom Der Ring des Nibelungen, traduit en français par L’Anneau du Nibelung. La tétralogie de Wagner est inspirée par le Nibelungenlied, ou La Chanson des Nibelungen, poème épique allemand datant du début du XIIIème siècle, et qui narre les exploits du chevalier Siegfried.

Le Nain Alberich désire séduire les Ondines, gardiennes de l’Or du Rhin. Mais parce qu’elles se moquent de lui, il vole l’Or du Rhin et forge un Anneau donnant puissance et richesse. Mais lorsque Wotan, équivalent d’Odin en Allemagne, le lui vole, Alberich maudit l’Anneau. Avec l’Anneau, Wotan paie les géants Fafner et Fasolt, qui ont construit le Walhalla. Pour posséder l’Anneau, Fafner tue son frère Fasolt. Wotan, quant à lui, devra lui aussi subir la malédiction de l’Anneau. Ses deux jumeaux, fruits d’une relation adultère avec une humaine, Sigmund et Sieglinde, sont amoureux. Alors que Siegmund combat le mari de sa soeur jumelle, Wotan demande à sa Walkyrie Brunehilde de le sauver. Mais Fricka, sa femme et déesse du Mariage, le contraint d’abandonner Siegmund à son triste sort. Brunehilde désobéit, et le sauve. Wotan punit Brunehilde, l’endormant au sommet d’un rocher entouré des flammes du dieu Loge.

anneau

Seul un héros qui ne connaitrait pas la peur pourrait sauver Brunehilde de son sommeil, et l’épouser. Pour récupérer l’Anneau, le frère du nain Alberich, Mime, a élevé Siegfried, fils de Siegmund et de Sieglinde, afin qu’il tue Fafner devenu dragon. Armé de Notung, l’épée reforgée de son père, Siegfried tue le dragon, et récupère l’Anneau. Mais le nain Mime, désirant voler l’Anneau à Siegfried, tente de l’empoisonner, avant d’être tué par ce dernier. Ne connaissant pas la peur, Siegfried s’en va ensuite sauver Brunehilde. Mais Wotan tente de l’en empêcher, Siegfried brise la lance de son grand-père avec son épée, Wotan est défait, et Siegfried peut sauver Brunehilde et l’épouser. Les années passent, et Hagen, le fils d’Alberich, désire récupérer l’Anneau de son père. Siegfried, lui aussi maudit par l’Anneau, ne se souvient plus de Brunehilde, et tombe amoureux de la soeur du roi Gunther, Gutrune. Trahie, la Walkyrie l’accuse, mais Siegfried dément, jurant que si jamais il avait été amoureux de Brunehilde, il serait tué par la lance de Hagen. Alors Hagen lui rend la mémoire et le tue. Informée par les filles du Rhin, Brunehilde comprend alors toute la signification des événements. Elle prépare un bucher pour Siegfried, et plonge avec lui dans le feu. L’Anneau voulait le Crépuscule des Dieux, c’est à dire la destruction du monde divin. L’incendie monte jusqu’au ciel, et tue les dieux qui vivait au Walhalla. La terre appartient désormais aux hommes.

L’Anneau du Nibelung est un très beau texte, où Tolkien semble avoir trouvé l’inspiration pour créer l’Anneau Maudit, mais aussi l’épée reforgée Narsil. Pour information, Tolkien s’est défendu d’une totale inspiration de l’Anneau du Nibelung, affirmant dans ses Lettres page 306 : "Ces deux anneaux l’Anneau unique et l’Anneau des Nibelungen sont ronds, et c’est là leur seule ressemblance." Cependant, le pouvoir corrupteur de l’Anneau n’est pas présent dans le Nibelungenlied, et a été inventé par Wagner.

Autres inspirations

Tolkien était un très grand médiéviste, et a traduit de très nombreux textes, comme Sire Gauvain et le Chevalier Vert, livre fondateur de la littérature anglo-saxonne. S’il juge la légende arthurienne comme trop exubérante, il n’en demeure pas moins que la relation entre Gandalf et Aragorn rappelle beaucoup celle qu’entretiennent dans les livres médiévaux Merlin et Arthur. D’autres parallèles ont été faits entre l’oeuvre de Tolkien et Les Quatre Branches du Mabinogi, oeuvre fondatrice de la littérature galloise. Enfin, Les Lais du Beleriand rappelle par son nom la forme poétique médiévale du lais, comme ceux de Marie de France.

Tolkien s’est également inspiré de romans modernes tels que Aycha ou le Retour d’Elle d’Henry Rider Haggard, dont le personnage éponyme a servi de modèle pour le personnage de Galadriel. Toutes deux sont reines, immortelles et possèdent le pouvoir de clairvoyance.

Voilà pour ce petit aperçu des inspirations de Tolkien. N’allez pas croire que Tolkien n’est qu’un vulgaire plagieur : en s’inspirant de toutes les oeuvres que nous avons mentionnées, il a créé un univers aussi complet qu’unique. Il reste aujourd’hui encore le plus grand auteur du XXème siècle.

Une erreur ?

Mots-Clés : beowulfTolkienseigneur des anneaux

Cliquez sur une phrase de l'article pour proposer une correction.

J'ai compris !

Commentaires (14)

Par jeanLucasec, il y a 4 ans :

Un génie cet homme !

Répondre à ce commentaire

Par Baboth, il y a 4 ans :

"Entre 1849 et 1976, le compositeur allemand Richard Wagner écrit une tétralogie d’opéras" Il a vécu sacrément longtemps le bougre.

Répondre à ce commentaire

Par Gaetan, il y a 4 ans (en réponse à Baboth):

Simple faute de frappe. Le font importe bien plus !

Répondre à ce commentaire

Par Gaetan, il y a 4 ans (en réponse à Gaetan):

fond*

Répondre à ce commentaire

Par Baboth, il y a 4 ans (en réponse à Gaetan):

Je taquine ^^
Très bon article cela dis.

Répondre à ce commentaire

Par Hitek, il y a 4 ans (en réponse à Baboth):

C'est corrigé ! Merci

Répondre à ce commentaire

Par Gaetan, il y a 4 ans (en réponse à Hitek):

Merci Hitek ! Et merci Baboth d'avoir repéré cette faute ! :)

Répondre à ce commentaire

Par crétin de touque, il y a 4 ans :

et puis la bible également, beaucoup même (frodon=jesus par exemple)

Répondre à ce commentaire

Par thor, il y a 4 ans (en réponse à crétin de touque):

Jesus frodond ? depuis quand ?
Frodon n'à pas marché sur l'eau, n'à pas changer l'eau en vin, n'a pas multiplier les pains etc...

(TROLL ON) : c'est quoi ces super pouvoir ? Superman à des super pouvoir plus classe que de faire du pain et de marcher sur l'eau. Non, vous ne trouvez pas ?

Répondre à ce commentaire

Par Gaetan, il y a 4 ans (en réponse à thor):

Si effectivement Frodo ne me semble pas nécessairement inspiré de Jésus (Jésus étant le fils de Dieu selon la Bible, alors que le Hobbit n'est qu'un être ordinaire), cependant crétin de Touque (je pensais pas dire ça un jour à quelqu'un avec un air si sérieux !) a raison concernant l'influence de l'imaginaire chrétien sur celui de Tolkien. La cosmogonie dans le Silmarillion est bien évidemment un rappel de la cosmogonie chrétienne, où la parole performatrice de Dieu est augmentée d'une musique. Dans le même livre, Morgoth, le maître de Sauron, suit le même chemin que Satan.

Répondre à ce commentaire

Par Emmental, il y a 4 ans (en réponse à Gaetan):

Rappelons aussi que Tolkien était un fervent catholique (il a même converti Lewis — l'auteur de Narnia — c'est dire...).

Il y a beaucoup à dire sur la figure christique d'Aragorn (qui est héritier de la ligné d'Elendil comme Jésus descend de celle de David) ou de Gandalf (un Dieu/Maïa qui s'est fait Homme) par exemple...

Répondre à ce commentaire

Par crétin de touque, il y a 4 ans (en réponse à thor):

L'anneau est la matérialisation des péchés de l'humanité, qu'un être pure, un hobbit par exemple, devras porter seul et détruire par son sacrifice, le chemin jusqu'au mordor est le chemin de croix de frodon, où il sera tenter par le diable (l'anneau) pour le faire échouer et permettre au mal de gagner (sauron). Autre analogie, Frodon reçoit, comme Jesus, trois coup de lance dans le flan (la dague du nazgul, la lance du troll, le dard de l’araignée). Il ressuscitera suite a son calvaire (dans lequel il échoue d'ailleurs) grace a Manwë roi des dieux de la terre du milieu, équivalent d'odin (les aigles étant ses serviteur), pour un cours lapse de temps d'ailleurs où il reverra ses amis pour ensuite s'en aller a valinor, royaume des dieux (ascension). Oui, frodon a beaucoup de point commun avec Jésus, c'est même le jésus du seigneur des anneaux, mais là où jésus réussi, frodon échoue a cause des sa faiblesse : ce n'est qu'un mortel (l'anneau n'est finalement détruit que par sa fautes, sa créature gollum le détruisant par sa maladresse).

Au risque de faire une redite, Tolkien était un fervent catholique, ses oeuvres sont imprégnés de référence a la bible, mais également au textes saxons et scandinave, qui sont ses deux principales sources, même si on peut y rajouter les mythes gréco-romains (l'illiade et l'odyssé, l'histoire romaine), Tolkien est aussi un mythologue.

Répondre à ce commentaire

Par thor, il y a 4 ans :

Un génie ce tolkien ! Mais il a mis 12 ans pour écrire le seigneur des anneaux !

Répondre à ce commentaire

Par Arthur Roses, il y a 4 ans :

Et après les fans de star wars viennent nous dire que Le seigneur des anneaux "c'est pour les gamins" haha.

Répondre à ce commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas visible. Pour avoir une image de profil, utilisez le service gravatar.

Tu es membre premium car tu as commandé une HITEKBOX. Tu peux donc ajouter des smileys et des images.

Derniers tests
Test Asus ZenFone 6, le nouveau mobile haut de gamme avec caméra rotative : fiche technique, prix et date de sortie

Asus ZenFone 6

Il y a 2 mois

Test Borderlands 3 : trop d'humour tue l'amour

Borderlands 3

Il y a 2 mois

Test Asus TUF Gaming H7, un casque sans fil surround virtuel 7.1 multiplateforme : fiche technique, prix et date de sortie

Asus Tuf Gaming H7 Wireless

Il y a 2 mois

x The Outer Worlds