Dossier : l'esport doit-il être un sport ?

De LifeIsCool Auteur - Posté le 19 juillet 2019 à 10h28 dans Jeux vidéo

Vous aimez nos articles ? Suivez nous sur facebook

Vous aimez nos articles ? Suivez nous sur twitter

Depuis que l'esport a ouvert la porte du grand public, un débat ne cesse de faire rage. L'esport est-il du sport ? Entre délégitimisation, comparaison et jeu sur les définitions, la question est au centre de toutes les discussions lorsqu'un acteur interne à l'écosystème rencontre un néophyte. À l'instar de son terme, l'esport emprunte nombre de codes de son cousin : sponsoring d'équipes, coupes du monde, préparation physique et mentale, jusqu'à la matière synthétique des maillots des joueurs. Pourtant le sport se définit par quatre critères indispensables que l'esport ne respecte pas entièrement.

L'activité est réglementée et les règles sont les mêmes pour tout le monde. Des entités régulent les phénomènes de triche, dont les développeurs qui accompagnent l'expérience par des mises à jour. Le besoin physique est sans doute l'élément qui divise le plus, pourtant la grande majorité des disciplines demandent une dextérité et une adresse supérieures aux échecs et au bridge pourtant officiellement intégrés dans la grande famille du sport. Le mur qui se lève contre l'esport n'est autre que la reconnaissance institutionnalisée par le ministère des Sports ou le Comité International Olympique, ce qui n'est aujourd'hui pas le cas puisque c'est le ministère de l'Économie et la Direction Générale des Entreprises (DGE) qui traitent le sujet. Un système sujet à changement si les instances du sport électronique négocient son acceptation.

Cependant, les orateurs qui débattent sur la question omettent souvent un sujet essentiel qui découle de leur interrogation : quels avantages et inconvénients l'esport aurait-il à rejoindre le football et le basket, mais aussi la pétanque et les échecs ? Plus simplement : l'esport doit-il être un sport ?

stabiliser l'économie du milieu

L'équipe d'Overwatch Philadelphia Fusion va dépenser 50 millions de dollars pour la création d'un stade qui accueillera les matchs de ses joueurs. Le chanteur Drake est désormais copropriétaire de la structure 100 Thieves. Les investissements ne cessent de croître et inondent le phénomène. Les marques envahissent les structures, tournois et créateurs de contenus, attirés par les chiffres pharamineux de spectateurs. Des chiffres remis en question par des acteurs internes à l'écosystème, mais dont la visibilité efface toute discussion.

Sponsoring, merchandising et publicité sont aujourd'hui les piliers de l'économie. Des produits spécialement conçus pour amateurs de jeux, des partenariats pour des réductions... L'esport est une voie de choix pour atteindre les digital natives, vaccinés des méthodes traditionnelles de promotion. Un avantage à double-tranchant puisque l'esport vit essentiellement de cette pratique. Or, l'éclatement d'une bulle spéculative ou une crise comme celle de 2008 écroulerait cette économie tel un château de cartes.

En s'installant auprès des activités sportives, l'esport profiterait de subventions publiques stables injectées dans le milieu, ce qui renforcerait son modèle économique. Avec le développement du financement participatif, notamment utilisé pour le montant du tournoi The International, l'esport pourrait avancer tout en gardant ses arrières, en plus d'accélérer le développement du milieu.

BOOSTER L'ENCADREMENT ET L'ÉCOSYSTÈME

Le statut officiel de "sport" s'accompagne d'une intégration dans le Code du Sport, qui offre de nombreux avantages comme un taux de TVA intéressant pour les organisateurs de tournois, des retransmissions plus courantes et visibles à la télévision, l'intégration de visas adaptés aux joueurs étrangers, la protection de joueurs professionnels sous contrat, la mise en place de doubles cursus scolaires et sportifs... les exemples pullulent et structureraient l'écosystème.

L'inconvénient est que l'esport ne se joue pas sur un support libre, mais sur un éditeur qui détient la propriété intellectuelle de son jeu, ce qui n'est pas envisagé par le Code du Sport. L'entrée de l'esport dans ce cadre pourrait lui être fatal si l'État va à l'encontre des intérêts économiques et commerciaux des entreprises qui développent le jeu. Si le gouvernement français décide d'ouvrir les championnats du monde de League of Legends gratuitement à tous en renouvelant le système d'achat de slots, aucun doute que Riot Games sera plus timide quant à son investissement dans la compétition. 

La peur d'un désaccord entre le privé et le public pourrait coûter d'autant plus cher que le gouvernement pourrait arbitrairement empêcher certains sponsors d'investir dans des équipes comme Team YP (détenue par l'entreprise de contenu pour adultes) a pu le faire. L'esport est un phénomène de masse et son image est importante.

LUTTER CONTRE LES CLICHÉS

Cette situation insinue qu'il faut impérativement déconstruire les stéréotypes à la fois du grand public qui la stigmatise et des amateurs de l'activité qui l'idolâtre. La visibilité que l'esport obtiendrait en devenant un sport permettrait d'éduquer les deux parties sur les véritables tenants et aboutissants de la pratique. De la reconnaissance découlerait de nouvelles opportunités dans des instances grand public, plaçant l'esport dans un spectre d'activité plus sain dans l'esprit populaire que celui des clichés qui collent le jeu vidéo à la peau.

Actuellement, les joueurs amateurs pratiquent et s'entraînent de manière plus ou moins désordonnée. L'encadrement duquel ils profitent naît d'associations de passionnés ou de leur méthodologie personnelle. Légitimer l'activité insinuerait que les pouvoirs publics alloueraient plus de dispositifs pour allouer des entités compétentes à la rigueur, le respect, mais aussi à la création d'un environnement épanouissant pour le joueur.

On peut compter notamment l'intégration de programmes physiques pour maintenir l'athlète en forme, quelque chose qui fait préjudice à l'esport. Bien que la dextérité, motricité, coordination et adresse soient indéniables, il serait inconsidéré de penser qu'il suffit à lui-même pour garder une santé physique viable. L'esport doit s'accompagner d'une activité "sportive" dans le sens physique du terme, ce qui brouillerait les pistes si la compétition dans les jeux vidéo obtiendrait le même statut que le football.
On pourrait dire la même chose des échecs ou du tir à l'arc, mais l'esport touche des milliers et bientôt des millions de français. L'échelle de popularité n'est pas la même et les moyens doivent s'y adapter. Cela devra passer par une éducation supplémentaire aux parents et autres responsables légaux, et ainsi des coûts supplémentaires potentiellement optionnels si l'esport venait à se frayer son propre chemin, parallèlement au sport. D'un autre côté, cela lui coûterait une possible place dans la compétition la plus prestigieuse au monde.

L'IMPORTANCE DES Jeux olympiques

Les discussions entre les instances olympiques et esportives n'en sont qu'au premier contact. Paris réfléchissait pourtant déjà à l'intégration de la discipline dans son corps d'activité en 2024. La question est intéressante, puisque les Jeux Olympiques sont un témoignage de notre culture et y voir l'esport ancrerait la discipline dans l'histoire de notre société. Son ajout serait une marche importante vers la reconnaissance de l'activité.

Il s'accompagne aussi d'une expérience dont l'esport peut s'inspirer. Les Jeux Olympiques existent depuis presque un siècle et leur sagesse apporterait beaucoup au sport électronique, si jeune et pressé d'être grand. Cela est sans compter l'intérêt médiatique et économique de ce lien qui supporterait la croissance exponentielle de l'esport. Cependant, seule une poignée en profiterait, car l'esport ne se limite pas à une seule activité.

Les chanceux qui auront leur place connaîtront un boost de notoriété indéniable, au détriment des autres esports. Une visibilité partielle fausserait la réalité de la discipline et engrangerait potentiellement des inégalités de développement. D'autant plus que certains jeux sont déjà rejetés par les instances olympiques à cause de leur violence. Counter Strike : Global Offensive est pourtant essentiel à l'esport, or son système de terroriste et anti-terroriste et l'action de tuer ses adversaires en jeu freinent le Comité International Olympique. Ce dernier préfère se tourner vers des jeux visuellement non-violents comme Rocket League ou Trackmania qui malgré leur notoriété, n'égalent pas League of Legends ou Overwatch dans le développement de leur milieu esportif.

L'intégration de l'esport en tant que sport est attrayante à bien des niveaux. Pourtant, d'autres portes peuvent s'ouvrir selon la direction que choisit la communauté. L'association France Esport fait le lien depuis 2016 entre les acteurs internes et le gouvernement. Certains de ses membres penchent vers une institutionnalisation de l'esport par lui-même sans adhérer aux règles sportives qui pourraient compliquer son avenir. D'autres y voient un raccourci bénéfique pour le milieu et sa reconnaissance. Il n'existe pas de formule miracle. L'esport est jeune et chaque année, de nouvelles opportunités viennent calibrer la direction vers laquelle se penchent ses acteurs.

Une erreur ?

Mots-Clés : olympiquesesportphysiquesportêtredoitjeuxsystème

Source(s) : Nicolas BesombesThierry Granturco

Cliquez sur une phrase de l'article pour proposer une correction.

J'ai compris !

Commentaires (33)

Par Zafolia, il y a 6 mois :

Pour moi c'est clair que ça doit en être. Tous les contre arguments c'est des pentes glissantes alors que pour l'instant l'esport a toujours bien fait son intégration. Ouais si on fait ça mal et sans y réfléchir ça va mal se passer c'est logique haha, en attendant pour l'instant c'est pas le cas

Répondre à ce commentaire

Par AdrienWayne, il y a 6 mois (en réponse à Zafolia):

Pour moi justement non, j'ai pas assez d'experience dans les jeux vidéos pour être parfaitement compétent sur le sujet, mais le principe du sport c'est la dépense physique, surtout pour les JO, où l'image d'athlète doit être représentée.

Je comprends et accepte que l'E-sport nécessite des heures d'entrainement, de stress, de dépassement de soi mais ce n'est, à mes yeux, pas à considérer comme un "sport".

Je vais aller loin mais si tu fais une compétition de personnes qui repasse du linge pendant 4h, est ce que tu appelles cela du sport ? Pour la notion de compétition est présente, la préparation également. L'exemple est ridicule mais la notion "physique" du sport et primordiale pour appeler une activé sportive ou non.

Ce n'est que mon avis, je peux me tromper

Répondre à ce commentaire

Par Akira2f, il y a 6 mois (en réponse à AdrienWayne):

Je ne suis pas de ton avis mais ton exemple fait réfléchir !!!

Répondre à ce commentaire

Par Kannan, il y a 6 mois (en réponse à AdrienWayne):

Dépense physique = Sport?
On en parle du curling qui est un "sport" de précision et donc de réflexion?
On en parle du tir à l'arc qui est un "sport" de concentration et de maitrise de soi?

Ces deux sports ne sont pas physique dans le sens qui ne font pas transpirer (quoi que tir a l'arc..) mais font travailler ton cerveau.
Sans parler de l'exemple des échecs qui a toute sa place au rang de "sport".
Le gaming, mélange concentration, précision, esprit d'équipe. En quoi cela n'obtiendrai pas status de "sport"? Parceque c'est virtuel? Les joueurs pro se surpassent et offre des performances parfois incroyables à la limite de réflexes humains.

Finalement, qu'est qu'un "sport"?

Bref je suis pour leur intégration au rang de sport

Répondre à ce commentaire

Par UnBelge, il y a 6 mois (en réponse à AdrienWayne):

Les échecs sont un sport pourtant il y pas de dépenses physiques, donc il peut avoir des exceptions.

Répondre à ce commentaire

Par Killamasta60, il y a 6 mois (en réponse à AdrienWayne):

Et je peux certifier que passer plusieurs heures sous pression et avec un mental d'acier est très dur pour le corps et l'esprit... Les joueurs aillant effectuer d'intense sessions de match esport peuvent en ressortir bien plus lessivés que certains athlètes qui pourtant effectuent une dépense physique "musculaire"...

Je profite de ce dernier mot pour nuancer tes propos : Ne considèrerais-tu pas que pour toi l'esport n'est pas un sport car son activité n'est pas "musculaire" mais "cérébrale" ?

Répondre à ce commentaire

Par TonkeyKong, il y a 6 mois :

Pour moi l'e-sport ce n'est pas du sport, c'est de l'e-sport, une catégorie à part. Catégorie qui mérite d'être valorisée.

Répondre à ce commentaire

Par Comprendre interstellar en 4 leçons., il y a 6 mois (en réponse à TonkeyKong):

Sport ça veut dire jeu, personne ne blame le Tir aux jeux olympiques, c'est pas très physique non plus.
En plus qu'un jeu appartiennent à une entreprise c'est pas tellement grave, vu que dans les sports "traditionnels" ce sont les marques/équipementiers qui dirigent l'économie donc bon.

Répondre à ce commentaire

Par TonkeyKong, il y a 6 mois (en réponse à Comprendre interstellar en 4 leçons.):

Mon commentaire ne fait aucune relation entre jeu, physique, entreprise et sponsors.
Je dis simplement qu'il faudrait en faire une "discipline" distincte au lieu d'incorporer en tant que "sport" dans les JO. C'est de l'e-sport.
Comme le sport mécanique.

Répondre à ce commentaire

Par Comprendre interstellar en 4 leçons., il y a 6 mois (en réponse à TonkeyKong):

Et le mien tentait de te démontrer qu'il n'y a aucune raison de le mettre à part.

Répondre à ce commentaire

Par Cptn Cancer, il y a 6 mois :

T'a de l'entraînement, du travail d'équipe et de la reflexion donc oui après reste a definire quel type de sport, les échecs son considérer comme un sport "d'esprit" par exemple.

Répondre à ce commentaire

Par Nul, il y a 6 mois :

Wombo combo:)

Répondre à ce commentaire

Par blinor, il y a 6 mois :

Article complet et intéressant !

Répondre à ce commentaire

Par Dobermann47, il y a 6 mois :

Surement pas, on va pas comparer un mec qui se dépasse physiquement pour faire du 100m haie à un mec dans son fauteuil qui presse des boutons sur mario aux JO... Restons sérieux !


Comment on peut voir du SPORT dans un jeu vidéo ? Une activité oui, physique... non.

Répondre à ce commentaire

Par Lingette, il y a 6 mois via l'application Hitek (en réponse à Dobermann47):

Tu as une vision très restreinte de la chose et cela prouve que tu es juste inculte désolé pour toi ^^.

Répondre à ce commentaire

Par Voklinox, il y a 6 mois (en réponse à Dobermann47):

Si on suit ton raisonnement dans ce cas les échecs et le bridge ne sont pas des sport car pas d'activité physique ?
Alors que ceux-ci sont reconnus dans le monde entier comme des sport et l'esport comme dit plus haut dans l'article nécessitent plus de réflexes que les échecs et le bridge

Répondre à ce commentaire

Par Wakimaki, il y a 6 mois (en réponse à Dobermann47):

Tu vois tu es le cliché du gars qui n'a rien compris dans le débat. Tu bases ton jugement sur une analyses du sport avec un regard sérieux posé dessus et une analyse de l'esport complètement loufoque, à côté de la plaque, etc. Ton argumentaire n'a rien de constructif du coup...

Je t'invite à lire mon autre commentaire qui explique, selon moi, l'intérêt de différencier les deux.

Répondre à ce commentaire

Par Killamasta60, il y a 6 mois (en réponse à Dobermann47):

Tu as le profil type de ministre français, bravo à toi

Répondre à ce commentaire

Par Esport, il y a 6 mois (en réponse à Dobermann47):

T'es un troll de vakarm?
Pas d'activité physique. Combien de gros sur les scènes esport? Sur les 5 voir 10 -15 meilleurs joueurs US t'as 0 gros/obèse.(et c'est pas des anorexique) Coincidence.. je ne pense pas !

Répondre à ce commentaire

Par Vega, il y a 6 mois :

Pas besoin de philosopher : à la seconde où ça rapportera suffisamment d'argent aux bonnes personnes, ce sera subitement le progrès, la societé qui évolue vers la technologie et ce sera un sport reconnu. Ce ne sera pas la 1ère ni la dernière fois ce genre de dossier..

Répondre à ce commentaire

Par Wakimaki, il y a 6 mois :

Pour moi la question principale, c'est une question de support. A l'heure actuelle échecs sont un sport, mais ça n'a rien de physique, tandis que l'esport n'est pas considéré comme un sport alors que si, c'est physique (juste que c'est pas une question de celui qui a les plus gros muscles).

Je suis donc d'accord avec le fait qu'on distingue sport et esport, mais, comme je l'ai dit, pour des raisons de support. Quand le support est physique (un terrain de foot, une piste de course, un poids à lancer, ou même un échiquier) et l'action directe (pas de support intermédiaire), ça me parait logique que ce soit alors considéré comme un sport. Dans l'esport, le terrain de jeu est virtuel, et l'action/l'effort de chaque joueur est retransmis en jeu par un ordinateur, donc e-sport.

On peut également reprendre l'exemple du sport automobile ou mécanique où l'action/l'effort du pratiquant est retransmis via un véhicule automatisé.

Répondre à ce commentaire

Par Wakimaki, il y a 6 mois (en réponse à Wakimaki):

Je vois quelques pouces rouges tomber face à mon commentaire et souvent on a tendance à penser que ceux qui sont contre le rapprochement des termes "sport" et "e-sport" sont des nons concernés ou qui ne s'y connaissent pas. Alors je préfère préciser que je suis énormément l'e-sport.

Seulement je pense pas que ce débat et le fait qu'on considère alors l'e-sport comme un sport soient vitaux pour l'avènement et le développement de l'e-sport. Je pense que l'e-sport arrive déjà très bien à évoluer et se démocratiser sans qu'on ait besoin de supprimer cette distinction.

Répondre à ce commentaire

Par Eki, il y a 6 mois :

Alors, selon wikipédia : "Le terme de « sport » a pour racine le mot de vieux français desport qui signifie « divertissement, plaisir physique ou de l'esprit ». En traversant la Manche, desport se mue en « sport » et évacue de son champ la notion générale de loisirs pour se concentrer sur les seules activités physiques et mentales."

Donc pour ma part, l'e-sport POURRAIT être un sport, mais ne pourrait pas être joué lors des JO par exemple, étant donné que dans ce cas là, le "sport" se concentre sur des pratiques de sport physique.
Cependant, au même titre que les échecs ou autres disciplines, le sport à sa place dans des concours spécifiques, comme on en a déjà aujourd'hui.
Je penses qu'on est beaucoup à penser de cette façon, au vu des commentaires précédents.

Répondre à ce commentaire

Par Wakimaki, il y a 6 mois (en réponse à Eki):

Je ne pense pas qu'il faille se contenter d'une définition littéraire du mot sport. Ce mot n'a pas été réfléchit pour définir ce qui existe aujourd'hui grâce aux technologies actuelles et même si le mot a évolué dans le temps c'est parce le sport qu'on connait ajd s'en est approprié le mot. Mais tant pis, même si le sport et l'e-sport sont deux activités similaires sur beaucoup de points, elles sont aussi bien distinctes, et ça ne me dérange pas.

Répondre à ce commentaire

Par Comprendre interstellar en 4 leçons., il y a 6 mois (en réponse à Wakimaki):

L'étymologie c'est important, si on apprenait un peu le "sens" des mots, on aurait moins d'abrutis en france aujourd'hui.

Répondre à ce commentaire

Par Wakimaki, il y a 6 mois (en réponse à Comprendre interstellar en 4 leçons.):

C'est un peu démago comme réflexion. Je dirais pas que c'est important, je dirai que c'est utile.

Répondre à ce commentaire

Par oct, il y a 6 mois :

Le plus gros soucis c'est qu'un sport n'appartient pas vraiment à quelqu'un tandis qu'un jeu video si, et c'est pourquoi il faut continuer à faire la distinction entre sport et esport.

Répondre à ce commentaire

Par Cptn Cancer, il y a 6 mois (en réponse à oct):

Vois le jeux vidéo comme un outil, quand tu achète un arc pour la compèt l'arc t'appartient pas la discipline, pas d'Arc pas de compétition bah le Jv c'est pareil tu fait pas de la compèt sur Overwatch si t'achète pas Overwatch.

Répondre à ce commentaire

Par oct, il y a 6 mois (en réponse à Cptn Cancer):

c'est pas spécialement ça le problème, c'est que si c'est un sport qui est dirigé par une entreprise qui peut changer les règles de son sport comme elle veut sans avoir réellement de compte à rendre. Et sans compter qu'il viseront toujours comme but l'argent plus que le sport ou même l'esprit sportif

Répondre à ce commentaire

Par RTS_Gamer, il y a 6 mois :

Il est vrai que les définitions sont parfois mouvantes, mais personnellement, je ne mettrais pas l'e-sport dans la catégorie "sports", mais plutôt dans une catégorie à part où je regrouperais toutes les "activités" ludo-intellectuelles" (difficile de trouver un terme correspondant), comme par exemple les compétitions LCG/CCG.

Si l'on met l'e-sport dans la catégorie sport, pourquoi ne pas mettre du coup les compétitions organisées par Wizard ou FFG ? Qu'est-ce qui fait que l'e-sport serait du sport ? La préparation ? La dépense physique ? La réflexion autour des stratégies à déployer ? Le coaching ? La professionnalisation ? La compétition ? L'organisation en ligues ? Les sponsors ? Autre ?

Si jouer à LOL ou à Starcraft en compétition est du "sport", tant qu'à faire on n'a qu'à mettre les compétitions de Magic ou de L5R en tant que "sports"..... Ce qui est juste ridicule.
Non la place de l'e-sport doit bien être à part, ce qui ne l'empêchera nullement de se développer.

Répondre à ce commentaire

Par oct, il y a 6 mois (en réponse à RTS_Gamer):

c'est vrai que au final a partir de quand un jeu entre dans l'esport

Répondre à ce commentaire

Par Valledo, il y a 6 mois :

L' E-Sport n'est pas un sport traditionnel, et ne devrait pas souhaiter en être un.
En effet, pour ne pas l'appeler "Sport" dans ce cas ?
L' E-Sport diverge dans différants aspects par rapport à du sport traditionnel. (tel que le support de jeu, ici électronique, ainsi que les règles proprent à un jeu, et étant à la merci de compagnie privée, par exemple...)
Il m'hériterai une catégorie à part entière à mon sens, une nouvelle institution, reconnu à se juste valeur.

Répondre à ce commentaire

Par Esport, il y a 6 mois :

Sport: divertissement, plaisir physique ou de l'esprit.. Heu...Combien de sportifs professionnel prennent plaisir à le pratique? Sport ou esport .. Salaire ! Donc c'est une activité professionnel c'est pour ca qu'on dit pas sport mais pro gamer. master.// PGM Et j'te nqke q lq kqlqsh knob ! (Bon même si pgm de 2000 et 2019 niveau salarial est différent).

Ceci est un roman sans synthaxe ni meme sens car étant joueur ou plutot e-sportif (cf: ribery sorry bro j'te kiff). mais avec le meme niveau qu'il puisse avoir étant sans jambes et aveugle.

La question se pose que pour les +50ans et les casuals ou les non joueurs. On sait tous qu'avec programme sportif nutritionnel a coté on est meilleur mais..
Ca devrait être considéré comme une profession (vu les contrats).
Si la personne n'est pas assez INTELigente et/ou n'as pas assez de dextérité alors elle n'aura pas de contrats. Un peu comme les études.
Le joueur pc n'est pas loin d'un pianiste : action par minute(ref a starcraft ou autres)..Ca en devient meme un art ! x)

C'est juste une forme détourné pour vouloir dire stop aux enfants qui jouent (beaucoup/trop). Un peu comme s'il s’entraîne 24h/24 pour être joueurs de foot ou chanteur. Et puis j'pense que t'as moins de chance de te blesser qu'au foot ou à vélo Mais le Risque existe donc c'est physique !!
Si tu te casse ou foule n'importe quelle partie du haut du corps, ton niveau va baisser voir même pire, ne pas pouvoir pratique ton "sport".

Bref: Un loisir/sport s’arrête la ou la partie salarial commence.
Fuck les jeux olympiques j'pense qu'une bonne lan a Cologne ou à Chicago vaut mieux qu'un Athènes 2004 Ou un Quatar 2024.
Au dela du sport tu rentre dans une forme de starification et pas a cause du physique (comme les people).
Les J.O. les J.O. ... Comment peut on glorifier des trucs comme athènes 2004 ou autres compétitions tellement grotesques.

Répondre à ce commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas visible. Pour avoir une image de profil, utilisez le service gravatar.

Tu es membre premium car tu as commandé une HITEKBOX. Tu peux donc ajouter des smileys et des images.